Véronique Leroy

veronique_leroy_ss17_01

La musique de Véronique Leroy recèle un charme singulier. Une silhouette féminine, oui, mais aussi déterminée, volontaire. Cette saison le choix des couleurs oscille entre mauve, ocre et noir. Des « filets » en superposition, une robe tablier, des mélanges, télescopages stylistiques. Des épaules toujours marquées et une féminité assumée, revendiquée. Cache coeur. Joli travail sur la toile de jean délavée dans des tons gris, bleu… mauve et travaillée dans des formes amples. Tissage macramé, un jeu d’enfants en lanières beige pour squaw d’aujourd’hui. Grands imprimés floraux. Et un zeste de rouge coquelicot sur la voie de la couleur.

veronique_leroy_ss17_15

veronique_leroy_ss17_34

veronique_leroy_ss17_37

Comme des garçons

 

cdg-8

 

Pourquoi des bras ?

Pourquoi un corps ?

Le défilé de Comme des garçons oblitère la silhouette, la masque, l’engloutit dans des formes volumineuses, exacerbées. Sculptures en mouvement de « vêtements invisibles » dixit la maison. Dans une ère de fast fashion où les jeunes créateurs reçoivent le conseil de faire du « commercial » pour vivre, voire aussi parfois, il est vrai, survivre, Rei Kawakubo continue imperturbablement un chemin singulier, sans la moindre concession à l‘air du temps.

Des constructions incroyables, majestueuses dans une forme de défilé hiératique, impressionnant. La mémoire conserve ses silhouettes improbables qui, une fois de plus, repoussent les frontières d’une mode qui, en chemin, s’est souvent perdue.

Vêtements cages, « mobile home », sur-volumes. Noir ténèbres, rouge sang. Mise à carreaux clanique. Folie du pois. Volumes, découpes, ouvertures, carrures de l’au-delà, cerceaux en vadrouille, capes et surcapes, porte-manteaux, momie noire… Des ronds, des trous, des froufrous. Une collection gonflée.

Tarabiscornu !

Creation is alive.

cdg-7

cdg-14

cdg-16

cdg-17

Haider Ackermann

 

haider_ackermann_ss17_look_final_02

Allure punk, coiffure destroy, de l’énergie, du masculin-féminin… Reine du podium, la femme d’Haider Ackermann s’avance, s’élance. Haute en couleurs, la collection ose un jaune vif strident, citron acidulé. Un rouge sang, vif, rageur coule. Splash calligraphique, dripping, tachisme ; puissance et anarchie du geste qui projette le rouge sur l’immaculé manteau.

À la fois fluidité et allure stricte des vestes, des pantalons étroits et à taille basse. Micro blousons et brillance vinyle. Jeux de lamés, effets lurex, bicolores. Taille ceinturée.

Mais aussi délicatesse des tons de rose poudre. Longues jupe de sirène smockées jaune ou rose. Plissé orange, imprimé fauve. Vêtements découpés. Délavé coquelicot, dégradé grisaille. Effets shibori et japonisme.

Des mots d’ordre ou de désordre ponctuent les sweat-shirts : Be you et Silence.

Sharp et douce, une magnifique collection.

haider_ackermann_ss17_look_01haider_ackermann_ss17_look_03haider_ackermann_ss17_look_27

Junya Watanabe

junya-162-1

 

Fusion de deux thématiques chères à Junya Watanabe : l’esthétique punk et le travail sur les formes, les pliages, savante géométrie en écho à l’origami. Une défilé rythmé où le noir est broyé d’éclats de couleurs. Le camouflage part en guerre. Délicatesse des ocres dans des détails de mousselines aériennes à facettes multiples, polyèdres à points. Noir majeur déchiré, déchiqueté en collants destroy, mais adouci par les carapaces de tulle. Formes géométriques et poétiques, bulles de légèreté. Métal hurlant, noir strident, rouge violent, mais aussi beige policé. Kaki oversized. Imprimés collages. Pointes en érection pour piquante collection.

Sauvage et poétique, belle et rebelle.

Junya 162 4.jpg

junya-162-55

junya-162-42

Lutz Huelle

lutz_huelle_ss17_look_07

 

Rythmée, vive, forte, la collection de Lutz Huelle se révèle avec puissance. Une savante hybridation de tissus où le jean rencontre le coton de couleur vive, la laine. Déstructure, reconstruction, télescopage. Lâches, les bottes tombent sur les chevilles et s’avancent, hautes en couleurs. Des imprimés camouflage, des couleurs vives, du rose, de l’orange, du vert, du violet… Colorissimo, crescendo. Asymétrie de robes en biais. Carrure marquée, sur-dimensionnée, déboutonnage de l’encolure pour asymétrie de l’épaule. Robes « panneaux » ultra géométriques. Et sur l’oreille, des bijoux Mouton & Collet.

Une magnifique collection.

lutz_huelle_ss17_look_23

lutz_huelle_ss17_look_14

lutz_huelle_ss17_look_26

Undercover

undercover-ss17-paris-0004

 

Jam Session pour Jun Takahashi qui rend hommage au jazz dans une collection foisonnante enlevée avec rythme. Des détails anecdotiques, comme des touches de piano, se posent en rayures verticales. Des pochettes d’albums de Sonny Rollins, Miles Davis, Farmers Market… virevoltent sur de longues jupes. Sur des blousons, présence d’ouïes de violon. Surgit en mémoire l’odalisque d’Ingres revisitée par Man Ray en « violon d’Ingres ». Un imprimé très magasin de luthier complète la panoplie des instruments ainsi que des motifs de saxophone ou trompette. Un côté un peu « chanelisant » décalé avec sweater masculin-féminin décontracté et sautoirs de perles. Pantalons baggy, jodhpurs. Un zeste d’inspiration militaire avec les brandebourgs. Des chapeaux divers, de la casquette de Gavroche aux dérivés de canotiers en passant par le turban. Esquisses de cravates…

Un côté titi parisien dans une ambiance jazzy.

Undercover, un des grands noms de la mode aujourd’hui.

undercover-ss17-paris-0064

undercover-ss17-paris-9886

 

undercover-ss17-paris-0038

Issey Miyake

miyake4

 

Yoshiyuki Miyamae poursuit les recherches pour Issey Miyake, conduisant la mode vers un temps présent, voire futur.

Cut & stick se dessine selon un principe de collages où les tissus découpés en formes géométriques sont assemblés (sous l’effet de la chaleur) pour composer (à l’infini) de nouveaux motifs.

La technique 3D Steam Stretch (avec effet de rétractation sous l’effet de la vapeur) utilise cette saison des carrés concentriques qui se démultiplient.

Baked Stretch avec des motifs « tribaux » sur des vêtements plissés dessine une nouvelle dynamique haute en couleurs vives.

Electronic Bag, un modèle développé avec Sony à base de papier perforé puis lacé de bandes de cuir. Une fois porté le motif se modifie, se métamorphose et se joue d’éléments clignotants, sac du futur.

Avec United Nude, un concept de chaussures Ten Sen Men (point, ligne, plan) pour des sandales monolithiques en couleurs.

Une collection où avec bonheur la technologie fusionne avec la poésie.

miyake-27

miyake-32