Junya Watanabe

junya-162-1

 

Fusion de deux thématiques chères à Junya Watanabe : l’esthétique punk et le travail sur les formes, les pliages, savante géométrie en écho à l’origami. Une défilé rythmé où le noir est broyé d’éclats de couleurs. Le camouflage part en guerre. Délicatesse des ocres dans des détails de mousselines aériennes à facettes multiples, polyèdres à points. Noir majeur déchiré, déchiqueté en collants destroy, mais adouci par les carapaces de tulle. Formes géométriques et poétiques, bulles de légèreté. Métal hurlant, noir strident, rouge violent, mais aussi beige policé. Kaki oversized. Imprimés collages. Pointes en érection pour piquante collection.

Sauvage et poétique, belle et rebelle.

Junya 162 4.jpg

junya-162-55

junya-162-42

Lutz Huelle

lutz_huelle_ss17_look_07

 

Rythmée, vive, forte, la collection de Lutz Huelle se révèle avec puissance. Une savante hybridation de tissus où le jean rencontre le coton de couleur vive, la laine. Déstructure, reconstruction, télescopage. Lâches, les bottes tombent sur les chevilles et s’avancent, hautes en couleurs. Des imprimés camouflage, des couleurs vives, du rose, de l’orange, du vert, du violet… Colorissimo, crescendo. Asymétrie de robes en biais. Carrure marquée, sur-dimensionnée, déboutonnage de l’encolure pour asymétrie de l’épaule. Robes « panneaux » ultra géométriques. Et sur l’oreille, des bijoux Mouton & Collet.

Une magnifique collection.

lutz_huelle_ss17_look_23

lutz_huelle_ss17_look_14

lutz_huelle_ss17_look_26

Undercover

undercover-ss17-paris-0004

 

Jam Session pour Jun Takahashi qui rend hommage au jazz dans une collection foisonnante enlevée avec rythme. Des détails anecdotiques, comme des touches de piano, se posent en rayures verticales. Des pochettes d’albums de Sonny Rollins, Miles Davis, Farmers Market… virevoltent sur de longues jupes. Sur des blousons, présence d’ouïes de violon. Surgit en mémoire l’odalisque d’Ingres revisitée par Man Ray en « violon d’Ingres ». Un imprimé très magasin de luthier complète la panoplie des instruments ainsi que des motifs de saxophone ou trompette. Un côté un peu « chanelisant » décalé avec sweater masculin-féminin décontracté et sautoirs de perles. Pantalons baggy, jodhpurs. Un zeste d’inspiration militaire avec les brandebourgs. Des chapeaux divers, de la casquette de Gavroche aux dérivés de canotiers en passant par le turban. Esquisses de cravates…

Un côté titi parisien dans une ambiance jazzy.

Undercover, un des grands noms de la mode aujourd’hui.

undercover-ss17-paris-0064

undercover-ss17-paris-9886

 

undercover-ss17-paris-0038

Issey Miyake

miyake4

 

Yoshiyuki Miyamae poursuit les recherches pour Issey Miyake, conduisant la mode vers un temps présent, voire futur.

Cut & stick se dessine selon un principe de collages où les tissus découpés en formes géométriques sont assemblés (sous l’effet de la chaleur) pour composer (à l’infini) de nouveaux motifs.

La technique 3D Steam Stretch (avec effet de rétractation sous l’effet de la vapeur) utilise cette saison des carrés concentriques qui se démultiplient.

Baked Stretch avec des motifs « tribaux » sur des vêtements plissés dessine une nouvelle dynamique haute en couleurs vives.

Electronic Bag, un modèle développé avec Sony à base de papier perforé puis lacé de bandes de cuir. Une fois porté le motif se modifie, se métamorphose et se joue d’éléments clignotants, sac du futur.

Avec United Nude, un concept de chaussures Ten Sen Men (point, ligne, plan) pour des sandales monolithiques en couleurs.

Une collection où avec bonheur la technologie fusionne avec la poésie.

miyake-27

miyake-32

 

 

Ann Demeulemeester

ann_demeulemeester_ambients_rtwss17_4118

 

L’histoire belge continue avec les jeux sur le masculin féminin. Procession de silhouettes longilignes où le noir domine. Un zeste de réminiscences punk, des lanières, des découpes, des sangles. Asymétrie, télescopage de longueurs différentes. Vole au vent. Collection bicolore en blanc et noir où surgit une touche de rouge (en rayures). Sébastien Meunier continue dans le droit-fil du style de la maison.

ann_demeulemeester_details_rtwss17_0635

Manish Arora

Pixelformula  womenswear  ready to wear prêt a porter summer 2017 Manish Arora

 

« Life is beautiful » pour Manish Arora qui voit la mode en couleurs. Technicolor, kaléidoscope, fantaisie, humour, exubérance sont les mots d’ordre de son arc-en-ciel.

Des motifs de rayures en bleu et blanc voguent sur des mers imaginaires où plongent des ancres. Marins et marinières, béret à pompon planté sur la tête.
Motifs de crèmes glacées, cupcakes et bonbons divers avec tissus de nappes de cuisine… pour housewife américaine en goguette.

Perruques en plastique, château de contes de fées, teintures fantasques (sans oublier une collaboration colorée avec My Little Pony).

Embellies arc-en-ciel. Tissus psychédéliques semés de cercles concentriques. Un travail avec un artiste Indien connu pour ses bindi, Bharti Kher.

Des broderies, des paillettes, des sequins, des impressions fantaisistes. Couleurs d’Inde et d’ailleurs, la mode de Manish Arora toujours célèbre Holi.

Pixelformula  womenswear  ready to wear prêt a porter summer 2017 Manish AroraPixelformula  womenswear  ready to wear prêt a porter summer 2017 Manish Arora

Aganovich

x

Blanc immaculé, noir de ténèbres…

Entre les deux non couleurs d’abord s’infiltre, puis surgit avec force le rouge. En ponctuation, en coulures ou carrément monolithique, le rouge est mis. Archétypale, première couleur à surgir dans tous les schémas de pensée après l’opposition entre le clair et le sombre, le rouge ici fait joliment tâche.

Effiloché, drapé, plissé, organisé, orchestré, le tissu se prête, se soumet aux inventions du style de Nana Aganovich. Une touche de féminité avec un zeste de dentelle. Travail de teinture et de pliage. Le rouge macule, laisse des traces. Puissance du rouge qui va de la naissance à la mort, rouge sang. Mais aussi un rouge bordeaux, plus sombre, plus dandy.

Femme conquérante, guerrière par certains aspects, mais aussi, tout simplement, exquise.

x