Medusa, bijoux et tabous

EH_col_scan_calderjewl-neck1b 001

 

Sous les auspices de Méduse, l’exposition Bijoux et tabous entraine sur les chemins de la parure avec une sélection exceptionnelle de créations d’artistes. Un parcours en plus de 400 bijoux au Musée d’art moderne de la ville de Paris (espace Arc)

 

Dans l’introduction est cité Roland Barthes : « Il y a une libération générale du bijou : sa définition s’élargit, c’est maintenant un objet libre de préjugés : multiforme, multi-substantiel, d’emplois infinis, il n’est plus asservi à la loi du haut prix ni à celle d’un usage singulier, festif, presque sacré : le bijou s’est démocratisé ». Par certains aspects le bijou s’est effectivement démocratisé, les matériaux utilisés ont aussi élargi le champ des possibles. L’usage a aussi évolué même si demeure en majeur la notion de parure. En quatre grands chapitres l’exposition explore des pistes en ajoutant des thématiques, le tout décrypté dans un catalogue enrichi de nombreux textes.

Cartier

 

  1. Identités et subversions.

Si le bijou est le plus souvent perçu comme apanage de la féminité avec son rôle d’artifice, d’excès parfois « Il marque un vice (chez elle) et une faiblesse (chez lui ) », il n’en a pas toujours été ainsi. Si l’homme s’est libéré d’une forme d’apparat, c’est la femme qui va porter en étendard les signes de sa réussite. Le bijou scande les temps forts de la vie, les boucles d’oreille de l’enfance, la bague de fiancailles… il marque les étapes, les sacralise un peu. Le bijou est aussi un mode d’expression de communautés qui veulent à la fois se distinguer et se reconnaître entre eux ainsi les dandies, les punks… Se dessine un savant jeu de transgression et d’appartenance.

Thématiques abordées : ruban, chaîne, taches, badge, trophée, artifice, erotica épingle à nourrice.

114 x 52 mm

  1. Valeur et contre valeurs

La préciosité et la valeur réelle tangible de vrais bijoux, de la joaillerie se justifie avec le prix des métaux, des pierres et un cours qui peut fluctuer. L’or joue un rôle majeur, l’argent est moins « puissant », mais a incarné un aspect plus moderne avec notamment le travail des créateurs scandinaves. Mais où se niche le luxe ? Entre vrai et faux, les frontières se sont estompées, Chanel y a contribué, annoblissant la pacotille. Les bijoux contemporains n’utilisent pas forcément des matériaux nobles, la valeur étant donnée par l’acte de création. Calder pouvait travailler avec des bouts de ficelle, du fil de fer … L’art s’intéresse au bijou notamment autour du surréalisme. Dali avec Schiaparelli, Meret Oppenheim… L’humour s’invite dans une famille qui joue les prolongations. Bernhard Schobinger imagine un collier en tessons de bouteille. Tout peut devenir bijou par la volonté de l’artiste. Le plastique, l’acrylique reçoivent des titres de noblesse aussi le superbe bracelet de Peter Chang en argent, acrylique, résine.

Thèmatiques : accumulation, virtuosité, pedigrée, copie, amateurisme, abject, actuel, sentimental, dématérialisation.

Danny Mc Donald3. Corps et sculptures

Entre parure et sculpture le bijou a, par sa relation au corps, le plus souvent un paramètre d’échelle qui intégre sa portabilité. Une explication du classement du bijou dans une catégorie genre mineur en comparaison aux sculptures. Le rapport au corps accorde une place au bijou en fonction de son type, à même le corps (un collier) ou avec une distance et la médiation du vêtement (broche). Sur la route de l’art, les bijoux d’artistes se sont invités ainsi François Hugo qui met en œuvre les créations de Picasso, Derain, Max Ernst, … mais le bijou demeure plus proche en perception de la mode que de l’art.

Dns certains cas le bijou prend ses distances avec le corps, la couronne se porte sur la tête, mais présentée sur un coussin, elle conserve son symbole, son aura.

Le port du bijou est le plus souvent éphémère, associé à des événements.

Quand le bijou veut s’éloigner de l’échelle humaine qui lui est assignée, il va parfois jusqu’à l’importable en raison d’un poids, d’un volume démesuré, une façon de le remettre en question et de le sortir de son cadre trop défini et étriqué.

Des bijoux intégrés font parfois partie du corps comme les colliers des femmes « girafes » chez les Padaung en Birmanie avec le cou étiré par l’accumulation des anneaux de métal. Les protubérances choisies par Orlan rattachent l’art charnel au bijou de corps.

Thèmatiques : miniature, occupations, dénomination, potentia, autonomie, extra large, mouvement, redoublement, prothèses.

Eiber Collection_P def ok chromie retouchÇe

WestwoodCrown white background SRGB 300 dpi

Bless FNAC 06-4654. Rites et fonctions.

Le bijou n’a pas seulement une dimension ormenentale, il joue un rôle pour occuper des fonctions dans des rituels de protection comme les amulettes de nombre de cultures du passé en Egypte, chez les Vikings… Grigris, talismans, porte-bonheurs apportent leur dose d’une supposée magie. Bracelets de pélérinage pour diverses croyances, main hamsa ou main de Fatima d’Afrique du nord … Un rôle supertitieux pour invoquer la fécondité. Des bracelets voeux qui doivent être portés jusqu’à ce qu’ils se rompent naturellement. Des rites de passage rythment les différentes étapes de la vie, même si aujourd’hui cela semble un peu désuet : bracelet de naissance, boucles d’oreille de l’enfance, gourmette de communion, bague de fiançailles, alliance du mariage…

Revers de la médaille, Danny Mac Donald imagine des Bad Luck Charms en dérision.

Le bijou peut aussi être utilitaire avec une fonction avec des outils accrochés à un collier. Une photo intégrée dans une broche pour le souvenir. Une bague sceau pour signer, authentifier un document. Aujourd’hui s’ajoute tout un aspect contemporain avec les nouvelles technologies, bijoux connectés.

Thématiques : passage, œil, perte, pointe, pomme de senteurs, bague sifflet, contrôle, animal, molécule.

Oppenheim

Un bémol pour la scénographie de l’agencement des écrins (pas simple) et le choix des oeuvres d’art qui accompagnent le propos, mais la sélection magnifique des bijoux et le catalogue valent amplement la visite.

-Evelyn Hofer Angelica Huston portant The Jealous Husband de Calder. C Estate of Evelyn Hofer. C Calder Foundation. Adagp

-Cartier. Collier serpent. Photo Nick Welsh.

-Van Cleef & Arpels. Bracelet ruban.

-Mended Veil Danny Mac Donald. Courtesy Ooga Booga, Danny Mac Donald. C Studios Sébert.

-Ruby Lips de Dali reproduit par Henryk Kaston. Photo Robin Hill.

-Westwood. Jewelled crown. C Vivienne Westwood Ltd.

-Bless. Multicolored bangles. Fnac C Bless.

-Meret Oppenheim. Bracelet. C Meret Oppenheim. Adagp.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s