Thom Browne

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017

Dès l’entrée du défilé, l’onirisme s’invite. Des silhouettes gravitent dans la salle, visage englobé dans une sphère de tulle blanc diaphane. En route pour le monde féerique de Thom Browne, entre rêve et délicieux cauchemar.

Déboulent deux créatures burlesques, avatar de film de science fiction ayant fusionné avec les vénus callipyges de la préhistoire comme la Willendorf qui aurait subi une multiplication de paires de seins. Créatures blanches en « plastique », expansions de César trottinant sur pointes la tête dans un nuage vaporeux.

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017

Télescopage de styles. Une collection où le tweed est revisité, la veste tailleur découpée, fenêtre sur corps.

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017

Quelques tenues d’exception, hautement fantaisistes avec multiplication des codes, des couleurs. Tissus à carreaux, broderies.

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017

Mélanges de matières, tweed, tulle… Jeu des apparences avec visages masculinisés, cravates. Un air de marin avec des détails bleu, blanc, rouge et la présence d’ancres.

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017

Quilt multicolore façon soleil. Robe à carreaux envahie de tubulures, façon vers de terre ou tentacules d’un autre monde.

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017

Veste chiffonnée de tulles multicolores.

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017

Final de rêve avec une licorne de papier animée par deux humains. Cheval de Troie dans la mode, Thom Browne y fait entrer la poésie, magicien.

THOM BROWNE SS18 PARIS FASHION WEEK SEPTEMBER 2017
T

 

 

 

Chanel

SS 2018 RTW - decor picture by Olivier Saillant

À gorges déployées Chanel orchestre au Grand Palais le ruissellement du Verdon. Falaise de pierre reconstituée, cascades jaillissantes et sentier de bois en guise de podium. Un décor majestueux et assez incroyable.

Chanel 04
Serpentant ce nouveau canyon une centaine de silhouettes souvent équipées d’accessoires en plastique transparent, chapeaux, bottes, cuissardes, mitaines, capuches ou sacs.

Chanel 35

Résolument aquatique, le thème se reflète dans une gamme de couleurs autour du bleu et de toutes les variations irisées que peut donner le soleil flirtant avec des étendues d’eau. Quelques gouttes brillantes figées se muent en paillettes. Le style, very Chanel, décline du tweed, tweed lurex, soie froissée, cuir,… mélange de matières. Une allure décontractée, des tissus plastifiés, effet vinyle.

Chanel 22

Des chaînes traversantes. Des franges.

Chanel 01

Dans des camaïeux de bleu, le double c imprime sa marque.

Chanel 60

Les tailleurs parfois élargissent une carrure que Karl Lagerfeld qualifie « en pente douce ».

Chanel 17

Un défilé spectacle.

Chanel 07

Sacai

Sacai Paris Fashion Week Spring Summer 2018 Paris Sept-Oct 2017

Collection enlevée pour Sacai. Superpositions, entremêlements de tissus, de formes. Un vocabulaire d’élémentaires, hybridés pour un résultat à la signature Sacai. Bustier dont les manches se nouent autour du corps, l’enveloppent, le drapent par enroulement, sanglant la silhouette.

Sacai Paris Fashion Week Spring Summer 2018 Paris Sept-Oct 2017

Un style à la fois familier et hétéroclite dans son jeu d’assemblage. Effets démultipliés de patchworks. Ajout de dentelles. Détails de brides. Télescopage d’imprimés. Touches de sportswear avec effets coulissants. Veste « sac à dos ». Longue jupe à pans multiples.

Sacai Paris Fashion Week Spring Summer 2018 Paris Sept-Oct 2017

Patchwork de jean, effiloché, non fini.

Sacai Paris Fashion Week Spring Summer 2018 Paris Sept-Oct 2017

Surdose jubilatoire de motifs : camouflage, carreaux, fleurs,…

Sacai Paris Fashion Week Spring Summer 2018 Paris Sept-Oct 2017

Sacai Paris Fashion Week Spring Summer 2018 Paris Sept-Oct 2017

Akris

Akris Look 5

Collection très « arty » pour Akris par Albert Kriemler, joyeusement colorée par l’univers d’Alexander Girard. Suite à la visite de la grande exposition au Musée Vitra en 2016 consacrée au designer, Albert Kriemler a choisi de lui rendre hommage. « L’inspiration est quelque chose qui arrive, on ne peut pas la programmer ». Pour poursuivre sa découverte de l’oeuvre, il s’est aussi rendu à Santa Fe où vécut Alexander Girard ; là, il a découvert la lumière particulière du lieu.

Akris Look 24

La couleur a évidemment la part belle dans la collection. Si Girard est célèbre pour ses poupées de bois, elles figurent majestueuses en décor du défilé Akris. Une traduction littérale dans certains modèles reprend ces effigies joyeuses et colorées. Un autre thème est le côté Plywood de l’oeuvre de Girard avec les sculptures qui se découpent par couches de bois avec des ouvertures de tailles différentes.

 

L’équivalent se retrouve en vêtement avec une superposition de tissus à ouvertures de formes biomorphiques. En crêpe georgette et découpes au laser. Une gamme de couleurs et des imprimés reprennent les tons de la maison du designer à Santa Fe. Apparaissent aussi la traduction de motifs comme le Double Heart.

Akris Look 12

De typographie comme le Roman Numerals.

Look 14

Une ballade imaginaire vers l’univers d’Alexander Girard par le prisme de la mode.

Akris Look 1

Comme des garçons

CDG jfj1-13

 

Multidimensional graffiti ! Extraordinaire défilé de Comme des garçons qui imagine des tenues d’apparat grandioses et fantasques avec une dimension « arty » hors du commun. Jeux de volumes, de superpositions (les costumes de cour de la période Heian multipliaient les « couches » de vêtements jusqu’à douze). Fusion du long et du court. Découpes au laser. Folies de mousselines. Jupes en volumes extravagants. Formes d’amples manteaux, oversize. Accumulation. Empilement.

CDG jfj1-14

CDG jfj1-6

Spectaculaire, le choix des « imprimés » reprend des éléments artistiques allant de la peinture du XVIe siècle au street art en passant par des héroïnes façon manga.

Le Vertumnus (ou Vertumne) d’Arcimboldo est la figure dominante et majestueuse de la collection. Un portrait de l’empereur Rodolphe II déguisé en cette étrange divinité étrusque et romaine, dieu des jardins au pouvoir de métamorphose. Recomposé d’éléments assemblés par le talent d’Arcimboldo, le portait puzzle se construit en végétaux. Nez en poire, haricots en sourcils… et couronne et écharpe en fleurs pour la dignité impériale. S’ajoutent d’opulentes peintures de fleurs d’Abraham Mignon (Hollandais du XVIIe siècle).

CDG jfj1-11

Projection dans le temps avec une héroïne manga aux yeux écarquillés, cheveux blonds bouclés de Makoto Takahashi. Effets graffiti, street art des villes avec des dessins noir et blanc de Stefan Marx.

CDG jfj1-12

Retour au XVIe siècle avec Sesson Shukei et un paysage à l’encre sur fond métal.

CDG jfj1-2

Visages enfantins de Serge Vollin.

CDG jfj1-3

Les références se multiplient, se télescopent et fusionnent joyeusement.

Accumulation de détails, d’objets, de jouets (?) en plastique, façon gris-gris. Assemblage de tissus. Multiplication des imprimés. Un gigantesque collage se jouant des imprimés, brouillant les références, une magnifique fusion entre mode et art.

CDG jfj1-7

CDG jfj1-5

Véronique Leroy

V Leroy 03
Humeur coquine chez Véronique Leroy dont la bande son fait défiler avec humour des messages sans ambiguïté. Créatrice belge d’origine wallonne, Véronique Leroy poursuit sa route, personnelle, sans concession.

V leroy 20

Joyeux mélange de couleurs où le vert prairie s’associe au beige, une touche de mauve, d’orange. Des effets délavés dans des tissus aux pliures réservées.

V leroy 16

Carrure démesurée.

V Leroy 12

Effets drapés de jupes foulards façon paréo. Silhouettes sexy de « maillots » de ville. Franges pour squaws urbaines.

V Leroy 27

Brodé, le nom Leroy s’invite en signature d’une collection dont la culotte est la petite reine.

V Leroy 05

Haider Ackermann

Haider Ackermann Spring Summer 2018 Fashion Show in Paris

Simple, efficace, la collection d’Haider Ackermann a des allures minimalistes. Une palette de couleurs réduite à une simple expression : du blanc, du noir et l’éclat d’un rouge bordeaux.

Haider Ackermann Spring Summer 2018 Fashion Show in Paris

Des dérives discrètes vers du jaune, de l’écru, du gris. Masculinité des silhouettes avec vestes et pantalons ajustés, près du corps. Laser pour modèles aux coupes chirurgicales. Féminité dans les drapés, détails complexes, bustiers asymétriques.

Haider Ackermann Spring Summer 2018 Fashion Show in Paris

Éclat brillant ou semé de plumetis, mais traversé de craquelures, magie de l’ « accident ».

Haider Ackermann Spring Summer 2018 Fashion Show in Paris

Une alternance de silhouettes masculines « sharp » et la douceur de modèles féminins où le corps voit ses formes drapées et soulignées…

 

Haider Ackermann Spring Summer 2018 Fashion Show in Paris