Lutz : Voyage Voyage

Lutz Huelle Fashion show in Paris
Womenswear Collection Fall Winter 2019

 

Saison après saison, Lutz continue son histoire très personnelle avec des variations. Vêtements hybrides où le bombers croise la laine et s’envole en cape, manteau (bleu et rouge, jaune et camel…). Pour sa collection intitulée The Voyageuse, le créateur prend la parole : « J’ai toujours aimé l’idée de porter des pièces spectaculaires pour faire des choses normales, ennuyeuses –aller au supermarché dans une doudoune rose pourrait rendre l’expérience amusante, bien qu’on ne sache jamais qui on pourrait rencontrer ». Anachroniques manches ballon, gigot qui amplifient les volumes.

Robes à volants, à effet cape.

Lutz Huelle Fashion show in Paris
Womenswear Collection Fall Winter 2019

 

Des matières brillantes, satinées, un zeste glam et paillettes cette saison. Et des couleurs vives, un rose shocking, un rouge écarlate, un coquelicot, des bleus.

Manteaux drapés, noués. Une touche d’asymétrie. Dans le stylisme, superpositions et télescopage de styles, robe bulle sur pantalon. Quelques imprimés à fleurs.

Lutz Huelle Fashion show in Paris
Womenswear Collection Fall Winter 2019

Roi de l’hybride, Lutz a une nouvelle fois composé une belle collection très personnelle.

Pour le créateur se dessine une nouvelle aventure en Espagne où il est nommé directeur artistique de Delpozo, la marque créée à l’origine par Jesus del Pozo.

 

Dries Van Noten

Ready to wear, winter 2019 2020, fashion week, womenswear, Paris, Dries Van Noten

 

Sur la collection de Dries van Noten flotte un parfum de fleurs. Le créateur cite en inspiration Sacred Emily, l’exquis poème de Gertrude Stein où figure sa célèbre phrase : «  Rose is a rose is a rose » suivie de « Loveliness extreme ». Reine des fleurs, incarnation de la beauté, de la délicatesse, la rose figure en majesté dans le jardin de Dries Van Noten. Les imprimés font revivre les fleurs de son jardin au moyen de photos prises en octobre 2018. 50 variétés de roses, mais aussi delphinium (pied d’alouette), acer palmatum (érable du Japon), kniphofia rooperi et dahlia en automne. Derrière les fleurs se profile parfois leur ombre délicate. Double jeu.

Des coupes d’inspiration masculine, des formes amples, enveloppantes et de volumineuses doudounes pour l’hiver.

Ready to wear, winter 2019 2020, fashion week, womenswear, Paris, Dries Van Noten

Effets de drapés pour féminiser. Cette saison beaucoup de noir et des explosions de couleurs apportées par les multiples imprimés floraux très réalistes. La fausse fourrure vient réchauffer les silhouettes avec des couleurs vives.

Et toujours les mélanges raffinés de couleurs. Elégance, poésie d’un jardin d’hiver.

Ready to wear, winter 2019 2020, fashion week, womenswear, Paris, Dries Van NotenReady to wear, winter 2019 2020, fashion week, womenswear, Paris, Dries Van Noten

Anrealage : revue de détails

Anrealage 19aw_look05D

 

Idée conceptuelle et superbe transformation pour la collection d’Anrealage. Kunihiko Morinaga est parti de détails de pièces de vêtements et les a proportionnés à taille humaine. Un changement d’échelle particulièrement réussi où l’idée est devenue un vrai et séduisant vêtement. Parmi les choix de « détails » : des cols de trench, de chemise, une capuche de hoodie, un élément de duffle-coat, une manche de tee-shirt, un poignet de chemise, un col en V de pull, un haut de blazer…

Dans la veine logomania, l’humour avec l’étiquette qui se métamorphose en écharpe, en châle.

Des chaussettes, des gants… accessoires en laine qui muent en robes, en pulls tricotés.

Un concept pas forcément révolutionnaire dans l’idée de démesure, d’oversized (collection « Gulliver » de Jean-Charles de Castelbajac, série « Barbie et Ken de Martin Margiela), mais avec un joli twist et surtout de vrais et attrayants vêtements à l’arrivée. Coup de coeur pour la collection et la présentation sur fond de décor de mannequins couture géants.

Dawei

 

DAWEI womesnwear aw19 paris

Créateur d’origine chinoise Dawei Sun est diplômé de l’école de la Chambre syndicale de la couture parisienne. Il a ensuite travaillé chez Balenciaga, Galliano notamment, avant de fonder Belle Ninon en 2010 avec Ling Liu. Il est également nommé directeur artistique de Cacharel en 2011. En 2016, il crée sous son nom son label et défile désormais dans le calendrier officiel à Paris.

Une vraie collection d’hiver avec manteaux et doudounes. Un côté masculin-féminin avec des silhouettes très « tailleur » et des manteaux redingotes très structurés, reconstruits de multiples détails.

DAWEI womesnwear aw19 paris

Jeux de rayures et mise à carreaux.

DAWEI womesnwear aw19 paris

Un invité surprise avec l’irruption d’un dinosaure brodé sur différentes pièces dont des grands pulls un poil asymétriques.

Effets de lacérations, de griffures où peut-être le dinosaure a laissé sa patte.

Asymétrie, superpositions, assemblages. Manteau couverture, esprit doudoune très c(h)ouette.

DAWEI womesnwear aw19 paris

Photos Gaby Acosta

 

Victoria/Tomas

info@imaxtree.com

 

« See you in Paris ». Le duo Victoria et Tomas s’inspire de la capitale, de son urbanité, de ses codes pour imaginer une Parisienne qui va jouer avec la mode, faire des mélanges passant de trouvailles vintage au jean. Superpositions, « déconstruction de basiques ». Mise à carreaux de vichy mais avec un côté cow-boy.

info@imaxtree.com

Pour la logomania, l’ajout d’étiquettes géantes avec la mention ParisWEAR, le nom des créateurs et la date de la naissance de leur maison, 2012.

info@imaxtree.com

D’amples robe bi-matières, un zeste d’asymétrie. De la maille, grands pulls tricotés avec différents points.

Télescopage de motifs avec fleurs, rayures… Jean travaillé en combinaison avec d’autres tissus. Et un côté rétro avec des accessoires en macramé.

info@imaxtree.com

Marine Serre

Marine_Serre_FW19_Look_45

 

Par Issy-les-Moulineaux, sur la piste poétique d’un joli carton d’invitation en coquille d’huitre et lumière se découvre une gigantesque « cave » et ses vapeurs d’alcool. Pour y pénétrer : un tunnel. Un faisceau de lumière verte aide à la mystérieuse progression. Suite à des désastres écologiques et climatiques, le désastre a frappé notre univers. Les survivants vont devoir imaginer leur futur post-apocalyptique. S’organise un monde souterrain (pensée pour La Jetée de Chris Marker) où tout peut se réinventer.

Modèles hybrides où les matériaux se mélangent, s’opposent, se télescopent pour finir en épousailles. Le motif, leitmotiv du croissant de lune, toujours en ponctuation, sur les leggings, les robes, en « sous » vêtements. Les nouvelles tribus plongent dans une forme de primitivisme et se projettent allégrement vers une odyssée de l’espace aux réminiscences d’Apollo et métal hurlant. Formes amples de poncho, manteaux couvertures, détails de fausse fourrure, masques de protection…

Accents primitifs, souvenirs mémoriels avec les gris-gris, les pièces de monnaie… Esquisses animales, méduses, insectes… Mise à carreaux (tartans) et couleurs fluos stridentes : vert, rose… Radiation est le thème, mais après se profile un nouveau monde, place au futur…

Marine_Serre_FW19_Look_29Marine_Serre_FW19_Look_09Marine_Serre_FW19_Look_14

Rokh

Rokh_FW19_look_23

 

D’origine coréenne, Rok Hwang a grandi aux États-Unis avant de s’installer à Londres où il a étudié la mode à Saint Martin’s. Un passage chez Céline, des collaborations pour Chloé et Vuitton et une maison établie à Londres en 2016. Déjà remarqué et couronné par un prix spécial LVMH en 2018, il ouvre cette saison le bal des collections dans le calendrier officiel.

Rokh_FW19_look_10

Rok Hwang associe l’inspiration de cette collection à son enfance près d’Austin (Texas) et au cinéma de Spielberg et Gus van Sant reflétant des peurs collectives des années 80 et 90 ! Hybridation, mélange de matières, jeux de formes, déstructure, asymétrie sont les maîtres du jeu.

Rokh_FW19_look_17

Des imprimés « rétro » style papiers peints floraux ou motifs cachemire. Un « Outerwear » en majeur avec des trenchs déstructurés, découpés, recomposés et un élément signature le duffle-coat.

Rokh_FW19_look_42

Des variations sur les longueurs, vêtements découpés en pans et recomposés. Utilisation du crochet artisanal en accessoires, étoles. Tissus dévorés, une touche d’effet vinyle et une patte d’imprimé « léopard ». À suivre.

Rokh_FW19_look_26