Dries Van Noten

 

DVN_SS19_look29

Graphique et magnifique, une collection lumineuse avec des couleurs franches. Dries van Noten est toujours Dries, mais avec un twist. Une touche de plastique en plumes dans un jaune citron iridescent apporte un zeste de futurisme sans oublier les touches de vert, bleu électrique ou orange.

Le blanc immaculé est bousculé par des rayures, des damiers, des imprimés floraux comme des peintures.

DVN_SS19_look11

Quelques broderies. Des vêtements hybrides (Dries van Noten a un talent exceptionnel pour les juxtapositions, les mélanges, ainsi carreaux et fleurs).

Sur un tee-shirt, une attache façon noeud.

DVN_SS19_look46

Des formes parfois amples, des pantalons cargos, des parkas. Une silhouette aux réminiscences de vêtement de travail et une élégance couture. Des ajouts de franges, des transparences, des voiles, des résilles,… Multiplication des détails, des sequins à l’allure militaire prennent du galon. Asymétrie, noeuds, surpoches, cordes d’alpinisme.

Dans le texte sur la collection : « Ni une nostalgie du passé, ni une fixation sur le futur ». Oui, une collection « juste » et magnifique.`

DVN_SS19_look12

DVN_SS19_look25

DVN_SS19_look10`

 

Rochas

 

Rochas SS19 look 27

Forme, volume… En vedette l’imprimé fauve, tacheté léopard, rayures zébrées dans une jungle de modèles aux tissus précieux.

Des volumes amples dans les manteaux, robes sacs. Tailleurs stricts, pantalons aux réminiscences de style japonais.

Dans le détail, des finitions proches de la couture ; dans le tissage une technique ancienne de filature avec intégration de fils d’or et d’argent. Satin, soie, velours… matières précieuses. Gamme de couleurs discrète et délicate : rose chair, beige et touche de jaune citron pour pétiller. Brillance du soir. Les plumes virevoltent et se jouent en combinaison d’effets lamés.

Rochas SS19 look 33

Rochas SS19 look 31

Guy Laroche

Paris, ready to wear, Womenswear, spring summer 2019, Guy Laroche

Richard René continue l’histoire de la maison Guy Laroche dans un esprit minimaliste et géométrique. Un texte de 1981 signé Guy Laroche sert de préambule à la collection « Ombre et lumière ».

Paris, ready to wear, Womenswear, spring summer 2019, Guy Laroche

6h29. 1981. Sortie d’un club parisien. Les ombres se cachent de la lumière trop blanche. Le blanc, le noir, la géométrie d’une forme radicale et minimale.

7h17. Le vase Memphis se brise sur la moquette sombre du salon.

8h45. Les rayures d’un store métallique apparaissent comme des projections. La lumière éblouissante d‘un matin au mois d’août.

Paris, ready to wear, Womenswear, spring summer 2019, Guy Laroche

Une construction entre clair et obscur où le blanc le dispute au noir. Effets de rayures et jeu sur le caché-dévoilé avec des zones de transparence.

Pans géométriques, un zeste d’asymétrie. Une touche de couleur avec une pointe d’orange, de bleu, de jaune, juste en ponctuation.

Paris, ready to wear, Womenswear, spring summer 2019, Guy Laroche

En noir et blanc.

Guy Laroche SS19 - Look 8 - Back

Anrealage voit Clear

anrealage_ss19_071

 

Obscurité versus clarté. À l’origine même des couleurs, une première notion, élémentaire et primitive, la distinction entre clair et obscur ; l’opposition entre le blanc et le noir, juste avant la couleur… Anrealage continue ses explorations sur les effets de la lumière. Cette fois, il imagine repousser les frontières entre « réel et irréel ». « Si les sombres nuages se retirent alors un ciel clair apparaît ». Le créateur a travaillé à la fois la technologie et une démarche artisanale où il a fallu des heures pour assembler les éléments sur les robes.

anrealage_ss19_026

Il a utilisé (en ayant participé au développement) un « Clear Black Photochromic » (Mitsui Chemicals), un matériau au départ noir avant progressivement de s’éclairicir au contact de la lumière fluorescente et aussi au fil du temps qui passe. Au final, des vêtements aux allures futuristes et baroques (surcharge maximale de détails). Dans le déroulé du défilé, les modèles noirs repassent sur le podium un peu plus tard en version « clear » comme l’intitulé de la collection. Toute une partie du défilé, très travaillée, quasi couture.

Ensuite une série de vêtements aux allures quasi militaires (tissus un peu trench) perdent leur couleur et se prolongent tout en transparence et délicatesse, un effet magnifique.

anrealage_ss19_063

La fantaisie sous les auspices de la technologie pour une très jolie bulle de poésie.

anrealage_ss19_057

 

Victoria/Tomas

 

Victoria Tomas RS19 1358

Dans la cour de l’Université Paris Descartes, plein jour sous le soleil de Minuit, le groupe de Simone Ringer en live. Le duo de créateurs, Victoria Feldman et Tomas Berzins, s’est inspiré d’une ambiance citadine en été. Paris sous le soleil s’évade vers les vacances. Jeux de rayures démultipliées, jouées droites et en obliques.

Victoria Tomas RS19 0936

Asymétrie, vêtements en pointe.

Victoria Tomas RS19 0779

Un zeste de masculinité et touches pratiques comme la multiplicité des poches.

Victoria Tomas RS19 0872

Franges, volants. Mélange de tissus, en superposition, tranche napolitaine, vêtements hybrides.

Victoria Tomas RS19 1263

Jour/né

info@imaxtree.com

 

 

Un trio de créateurs : Léa, Lou et Jerry et un nom choisi pour décliner un « vestiaire du quotidien ». Un air de vacances flotte sur la collection et ses maillots prêts pour la plage.

info@imaxtree.com

Des imprimés chamarrés, des motifs de fruits et légumes.

info@imaxtree.com

Traits façon rayures ondulant sur robe sirène.

info@imaxtree.com

Drapés, robes à volants superposés, transparence dentelle. Des mini tee-shirts à franges perlées déclinent les noms de la semaine : vendredi, dimanche…

Une Jour/né d’été sous les auspices du soleil.

info@imaxtree.com

Afterhomework (Paris)

AFTERHOMEWORK_SS19_LOOK_03-

 

Afterhomework (Paris), une toute jeune marque créée en 2014 par un lycéen de 15 ans, Pierre Kaczmarek rejoint par la styliste Elena Mottola en 2016 pour donner naissance à de vraies collections. La marque est aussi un collectif où se retrouvent des créatifs de tout bord. Cette saison Afterhomework défile   dans le calendrier officiel. Surfer sur l’air du temps avec une mode décontractée. Un jeu sur les formes, pans de longueurs différentes, asymétrie.

 

Vêtements avec coulissants. Cordages qui viennent draper, saucissonner (sans que le terme ait une connotation péjorative), jeux d’attaches entre Christo et Araki.

AFTERHOMEWORK_SS19_LOOK_20-

Tissus à carreaux, à rayures et grands imprimés photos.

AFTERHOMEWORK_SS19_LOOK_12-