Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté

8. Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841) Cactus cochellinifer-pl39-1837-Paris-museum national dhistoi

 

Longtemps j’ai associé Redouté à un dessin de rose répétitif, ennuyeux que je vendais à la librairie de ma mère. Jamais je ne m’étais penchée sur son oeuvre avec intérêt et attention. Aujourd’hui l’exposition du Musée de la vie romantique me donne une vision différente de l’oeuvre de Pierre-Joseph Redouté.

10. Pierre-Joseph RedoutÇ (1759-1840), Fleurs _ roses trÇmiäres-raisins et le lori cramoisi-1836 Pari

Né à Saint Hubert (Ardennes) en 1759 (aujourd’hui en Belgique), il étudie les rudiments de la peinture en Flandres et en Hollande et puis s’installe à Paris en 1783. Membre de la société linnéenne parisienne, son oeuvre est autant scientifique qu’artistique. Avec son style précis et ses sujets botaniques, il a beaucoup contribué au goût des fleurs dans la bonne société de son époque. Passe la révolution et ses soubresauts. Redouté continue son oeuvre. Apprécié par Joséphine Bonaparte, il lui dessine des recueils.

 

7. Pierre-Joseph Redoute (1759-1840)-1803-Paris musee national dhistoire naturelle

 

Pour ses planches botaniques, il se fixe des règles : « exactitude, composition et coloris ». Son premier grand ouvrage est une Histoire des plantes grasses avec leurs figures en couleurs et des textes descriptifs d’Augustin Pyrame de Candolle. Un thème en deux ouvrages publiés en 1799 et 1805. Suivront Les Liliacées (de 1802 à 1816) pour lesquelles Redouté réalise 486 aquarelles qui seront gravées par 18 artistes ; l’ouvrage sera dédié à l’impératrice.

6. Pierre-Joseph RedoutÇ (1759-1840) Stirpes novae Arenaria balearica-pl 15-1748-Paris MusÇe national%

Redouté consacre ensuite une part importante de son travail à son grand projet sur les roses avec la publication de recueils qui recensent, à partir de 1813, un nombre important de variétés. Plusieurs volumes seront publiés entre 1817 et 1824.

Après 1830 et la création de la Belgique, il est fait chevalier de l’ordre de Léopold et dédie à la reine des Belges son Choix de soixante roses.

À Paris, il sera nommé Maître de dessin du Muséum. S’il connaît la gloire, son style finira par tomber en désuétude et sa fin sera entachée d’importantes difficultés financières.

L’exposition montre des planches de ses ouvrages, des aquarelles d’une précision remarquable et ses huiles.

Autour de Redouté, d’autres artistes sont présents ainsi Antoine Berjon, Jean-François Bony (avec notamment un projet pour un écran brodé du Musé des Tissus et textiles de Lyon (pensées pour ce Musée en péril).

Surnommé le Raphaël des fleurs, Redouté peintre botaniste a beaucoup travaillé l’aquarelle reproduisant avec force détails les fleurs et donnant leur nom scientifique.

Dans le jardin du musée, pour compléter l’exposition, des oeuvres contemporaines autour de la nature ainsi Bubonneuse, en grès et porcelaine d’Agnès Debizet. Stéphanie Martin, Verdure, Porcelaine, câble et laine, poétique « coeur qui bat ».

Une exposition en partenariat avec le Muséum national d’histoire naturelle et un parcours contemporain avec les ateliers d’Art de France.

1. PJ RedoutÇ (1759-1840) Fritillaire impÇriale-1807-Paris MNHN ∏ MNHN_Dist. RMN

1 réflexion sur « Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s