Guo Pei

_DOM4267

 

Cirque d’hiver, piste aux étoiles pour le défilé Guo Pei, le cinquième de la créatrice chinoise à Paris. Elysium imaginaire, une île podium où l’océan et le ciel se (con)fondent. Jardin fantasmagorique aux plantes surnaturelles où fantômes d’elfes, sirènes, anges… passent.   Vingt-trois silhouettes déambulant dans des robes au travail de couture avec accumulation de broderies, pierres, cristaux…

Une symphonie florale en bleu, blanc et or. Bleu du ciel et des océans. Blanc de l’âme, pureté absolue. Or, le soleil levant dans une douceur enveloppante et éclats brillants de lumière. Premier passage avec une spectaculaire tenue en bambou (d’Huangsan, province d’Anhui) dont la structure a été tressée par des artisans qui travaillent cette matière depuis 30 ans. Un mois de travail pour la structure avant l’ajout de fleurs dorées pour emporter le défilé sur la voie de l‘enchantement.

_DOM5257

Des robes très travaillées, brodées, ornées sous l’ombre tutélaire d’une gigantesque racine d’arbre en papier, 8 mètres de diamètre pour ce symbole de vie réalisé par un artiste du papier, Charles Macaire.

_DOM5683

Une fusion entre matériaux issus de la nature et tissus innovants et une vision orientale d’un jardin imaginaire peuplé de femmes fleurs.

_DOM5544

C Dominique Maitre

Christophe Josse

CHRISTOPHE JOSSE HC SS18-2

 

Retour à la couture pour Christophe Josse avec une collection simple, épurée, ode à la nature. Imaginaire bucolique peuplé de néo-bergères se promenant en Arcadie. Des formes simples, de longues silhouettes dans des tonalités allant du blanc au brun en passant par le beige.

CHRISTOPHE JOSSE HC SS18-3

Des matières sobres, brutes et élégantes, du lin, mais aussi du satin cuir lavé.

Ajout discret et délicat de détails : nervures, festons, dentelle, éléments en crochets et fils d’or… L’or se retrouve dans les accessoires en verre soufflé ou en laiton pour les espadrilles et les pendants d’oreille.

CHRISTOPHE JOSSE HC SS18-5

Pour le créateur cette collection correspond à : « l’envie d’aller à l’essentiel ».

CHRISTOPHE JOSSE HC SS18-1

Hyun Mi Nielsen

HMN4__0032

 

Troisième collection en tant que membre invité pour Hyun Mi Nielsen qui a baptisé sa collection Mensch (du mot yiddish). Une vision poétique de l’être humain qui bouge dans le temps et l’espace.

HMN 6__0030

Des vagabonds d’un monde en mutation dont les silhouettes sont parfois englouties sous la profusion d’éléments, chapeaux masques, décorations de coquillages cauris, bijoux gris-gris.

HYUN_MI_NIELSEN_LOOK_BOOK_SS18_001.jpg-nggid043879-ngg0dyn-440x360x100-00f0w010c010r110f110r010t010

Un côté un peu tribal pour ces nouveaux chiffonniers un brin destroy. Vêtements patchworks, une touche de punk, un zeste de romantisme (grandes capelines augmentées de tissus), flower power… éclectisme baroque pour un univers composite.

HMN 19__0023

A. F. Vandevorst

 

 

AF_Vandevorst_HC_SS18_001Membre invité de la couture cette saison, le duo belge est venu célébrer ses 20 ans de mode. An Vandevorst et Filip Arickx se sont rencontrés à l’Académie Royale d’Anvers et ont débuté leur histoire commune sous le nom A. F. Vandevorst en défilant à Paris en 1997. Leur première collection avait déjà en germe leur future signature. Des modèles en hommage à Beuys, l’utilisation du feutre, des accents militaires, la présence de leur croix rouge, sigle dédié…

Pour célébrer leurs 20 ans, les créateurs se sont penchés sur leurs archives et en ont extrait des modèles emblématiques.

ALWAYS+FOREVER, une sélection parmi 40 collections, envisagée non comme une rétrospective mais, une « ré-imagination ».

AF_Vandevorst_HC_SS18_047_Look_40

AF_Vandevorst_HC_SS18_018_Look_12

Un défilé manifeste avec jeux de drapeaux et une progression chronologique. Une sélection homogène d’une vraie histoire de mode qui traverse le temps. Des leitmotivs autour des thèmes de prédilection que sont la lingerie, l’uniforme militaire, l’équitation, les tenues d’infirmière, la croix rouge, les sous-vêtements… En signe d’inventaire, la présence visible des étiquettes d’archives.

AF_Vandevorst_HC_SS18_013_Look_07

AF_Vandevorst_HC_SS18_017_Look_11

Les chaussures sont aussi une des spécialités du duo.

En souvenir de ces vingt années de création a été publié un livre, Ende neu, des textes, des photos, l’écume des shows, sweet memories.

 

 

Perso… Je me souviens de cette première collection magnifique qui m’avait touchée, une plongée dans l’univers de Beuys, l’idée de survie, de feutre… Ces modèles armures attachés de rivets dont j’ai une veste et un pantalon kaki… Un pull de laine avec des épaules en fourrure… J’ai encore un brassard blanc avec la croix rouge, précieux souvenir « backstage ». Je me souviens de ce défilé où les mannequins dormaient, couchés sur des lits de fortune, entre le camp de survie et l’hôpital de campagne et pourtant éminemment poétique… Des modèles taies d’oreiller aux initiales brodées A F.

AF_Vandevorst_HC_SS18_008_Look_02

Une robe tablier à carreaux rouges, écolière et une chemise à « craies ». Je me souviens d’un défilé survie avec les masques sur le visage des mannequins, la déco sous plastique et le concert « allumé ». Je me souviens de superbes vêtements parachutes…

J’aime les A.F. Vandevorst.

AF_Vandevorst_HC_SS18_066

 

Jean Paul Gaultier

JPG48

 

Op, hop, pop. Back to the sixties et surgit le souvenir de Pierre Cardin et de la mode de ces années-là. Une collection hommage où Jean Paul Gautier se souvient que le couturier fut le premier à lui faire confiance. Pierre Cardin a marqué les années 60 de sa patte avec ses robes géométriques, épurées dont certaines portèrent le nom de cardinettes.

JPG 01

Chez Gaultier, en bande son s’invite Jacques Dutronc : « Il y a les playboys de profession, habillés par Cardin… » dans un décor cinétique, optique à la Vasarely où le noir s’oppose au blanc comme dans nombre de passages bicolores. Robes dans l’esprit des années 60, tailleurs géométriques dont la construction est parfois bousculée par un jeu d’asymétrie. Souvenirs d’une odyssée du futur de la mode jamais advenu.

JPG 32

Des couleurs vives surgissent, passages psychédéliques où la lumière amplifie le total look, odes à la couleur dans toute sa flamboyance.

Modèles augmentés de franges et travail précieux de tissus tressés où les bandes de tissus s’entrelacent.

JPG42

Les souvenirs du futur ressurgissent et deviennent hypnotiques (Kaa dans le livre de la jungle) et plongent dans l’hallucination de motifs de cercles concentriques, globes bicolores et… champignons. Ainsi la robe « Boule et belle », dans un « good trip de mousseline satinée… ».

JPG40

Plaisir des noms de robes et de leurs descriptifs, hommage à la couture d’hier avec l’humour de Jean Paul Gaultier : Psychotrope, Mai 68, Cuir as folk, Grand bleu lui fasse, Made in Frange, Psychédélire, Ovale masqué…

Des classiques de Jean Paul Gaultier : smoking, trench, capes,… revisités, le tout avec une maestria couture.

JPG45

Alexandre Vauthier

 

AV LOOK 25

Rock around the show. Des silhouettes architecturées, du court et du long. Près du corps ou volume froufroutant ? Oeuvre au noir dynamisée d‘éclats ultra colorés : mauve, rouge, blanc…

Une touche d’or, effet Midas. Vêtements d’apparat à galons militaires, orientalisme.

AV LOOK 02

Robes drapées, carrure affirmée, exacerbée pour ailes d’anges ou papillons. Prolifération de rubans, volants dans de savants drapés. Robe à carreaux attachée d’un gigantesque noeud, cadeau.

AV LOOK 10

Des bustiers qui osent.

AV LOOK 06

Du cuir, des matières épousant le corps, souligné sexy. Des pantalons de zouave et du volume. Des chapeaux « couture », un zeste de voilettes et des casquettes, plus gavroche.

AV LOOK 17

Un côté ultra glam, Bella Hadid en vedette. Mélange de sophistication et dégaine actuelle. Un parfum 80 mais joyeusement bousculé. Ce qu’aurait pu être un Saint Laurent d’aujourd’hui, de la féminité revendiquée et une pointe d’audace avec énergie.

En accessoire, de nouveaux modèles de lunettes avec Mikli (campagne de pub signée Mert & Marcus avec Kate Moss).

AV LOOK 31

Viktor & Rolf

 

VIKTOR & ROLF HAUTE COUTURE SS18

Surreal satin. Monolithique, une collection autour d’une seule matière, un satin duchesse. Un tissu travaillé parfois avec un principe d’entrecroisement de bandes de tissus dessinant une marqueterie.

Après quelques collections explorant une forme de recyclage, le duo néerlandais a choisi de continuer une recherche vers un « conscious design » mais cette fois avec un seul tissu, pour « faire plus avec moins ; les limitations stimulant la créativité ».

Et si le choix d’un seul tissu peut sembler antinomique d’une couture où les techniques s’additionnent et où les matériaux foisonnent, ici c’est de la simplicité que naîtra la complexité. Les vêtements sont travaillés dans le biais et s’ajoutent des détails dans les « codes » de Viktor & Rolf, des rubans, des volants, des noeuds, des fleurs. Une palette riche en couleurs, mais avec délicatesse. Une collection aux allures de bal (en partie masqué) et aux coiffes un brin extravagantes.

VIKTOR & ROLF HAUTE COUTURE SS18

VIKTOR & ROLF HAUTE COUTURE SS18

 

Ulyana Sergeenko

USC_SS18_1

 

Tea time à Saint Petersbourg ? Présentation statique pour Ulyana Sergeenko qui s’est inspirée de la porcelaine telle que fabriquée par L’Imperial Porcelain Manufactory *. De Marie-Antoinette à Alice au pays des merveilles mentionne le communiqué… La créatrice imagine un lien entre la modestie soviétique et le faste impérial. Entre tradition et innovation. Une silhouette sculptée, architecturée de nombreux détails, broderies de fleurs…

Des matériaux couture : soie, crêpe, taffetas, velours, satin duchesse… Des dentelles (russes) dans une gamme de couleurs autour du blanc porcelaine, rose, crème, bleu et des touches d’or. Un côté champêtre, folklore, une fête de famille chic où l’on sort ses beaux atours pour un goûter sur l’herbe avec des robes « nappes ».

USC_SS18_6

Une collection bucolique pour poupées de porcelaine.

USC_SS18_28

* Fondée en 1744 la manufacture est soutenue par les Romanov. Après la révolution, elle prit le nom de State Porcelain Factory puis enfin Lomonosov Factory pour redevenir impériale en 2005 !

 

Chanel

 

41_Look_HC_SS_18

Versailles champêtre pour sacre du printemps. Dans un décor de jardin à la française déambulent les femmes fleurs de Chanel. Parterres de fleurs, fontaines à cascades, treillages en bois égayés de lierre grimpant, de roses et jasmin.

Variation sur un même thème, le tweed et ses différents modèles de tailleurs dans une gamme de couleurs tendres et délicates comme le printemps à venir. Des robes droites ou évasées, corolles. Une carrure élargie quasi démesurée et une nouvelle manche kimono. Tissus en pétales, superposition de tulle, mousseline, organza…

En ponctuation de la silhouette, le point sur le i, quelques fleurs et un soupçon mystérieux de voilette. Une touche de plumes pour tenues vaporeuses prêtes à l’envol.

59_Look_HC_SS_18

Des silhouettes chaussées de bottines aussi gainées de tweed pour total look accompli. Et pour compléter le jardin en pleine floraison, des motifs de fleurs (glycine, camélias, coquelicots, oeillets…) en imprimés et en broderie.

34_Look_HC_SS_1831_Look_HC_SS_18

 

 

 

 

Yuima Nakazato

YUIMA NAKAZATO HC SS18-14

Créateur japonais, Yuima Nakazato continue son exploration du futur et des nouvelles technologies avec, cette saison, un clin d’oeil au futur tel qu’imaginé dans les années 60. L’objectif lune, l’odyssée de l’espace façon Kubrick et des souvenirs de tenues d’astronautes ou cosmonautes. Une vision d’un futur jamais avéré, mais qui fait toujours rêver.

Yuima Nakazato a choisi le vocable Harmonize pour définir sa collection. Alors pourquoi pas imaginer une vie en dehors des frontières terrestres et s’évader dans un nouvel espace ? Avec Unit constructed textile, une technologie pour rendre la mode plus durable. S’invite un souvenir du Japon et de ses techniques traditionnelles comme le boro, sorte de rapiéçage qui donne un nouvelle vie aux tissus. Ici de gros « points » marquent le tissu. Point de départ du vêtement, l’idée des tenues de l’espace, combinaison d’une blancheur immaculée (un dialogue a eu lieu avec la Japan Aerospace Exploration Agncy) pour un vêtement qui dure et évolue dans des conditions d’un espace limité. Une sélection de matériaux de protection, airbags, parachutes… réassemblés pour en faire de véritables vêtements. Au final : une tenue capable de répondre à des modifications et en harmonie avec le monde dans lequel la personne évolue.

YUIMA NAKAZATO HC SS18_2-1

Le créateur a toujours eut à l’esprit la petite phrase d’Armstrong : Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité ». L’empreinte du premier pas de l’homme sur la lune figure, dupliquée en photo, au dos d’un des vêtements de la collection.

FullSizeRender - copie

Message pour le futur, vers un cosmos rêvé, superbe fusion entre poésie et technologie.

YUIMA NAKAZATO HC SS18_2-6YUIMA NAKAZATO HC SS18-21

 

Photos Shoji Fujii