Les FIFI à la niche 2

 

 

Marques de niche désormais dans une catégorie affiliées à un groupe, elles sont réunies dans une très belle sélection de cinq finalistes. Le vainqueur est le Black Pepper de Comme des garçons,
nd.40188

-Black Pepper de Comme des garçons. Un parfum solidement épicé autour du poivre noir. Composition d’Antoine Maisondieu, Blackpepper plonge avec délices dans le sombre poivre de Madagascar et l’habille de bois, cèdre, akigalawood (oud), patchouli avec une touche de douceur fève tonka et muscs. Dans un flacon noir de noir. Une nouvelle récompense méritée pour une marque qui multiplie avec bonheur (et succès) les chemins de traverse de la parfumerie.

packshot_edt_2

-Eau des sens, Diptyque. Une nouvelle histoire d’eau chez Diptyque vient troubler les sens. Dans toutes ses facettes l’oranger amer est magnifié des racines à la cime en passant par les feuilles et les fruits. Avec un zeste de douceur fleur d‘oranger, de l’angélique, baie de genévrier et de patchouli. Une très jolie création d’Olivier Pescheux.

kimonanthe

-Kimonanthe, Diptyque. Une deuxième sélection pour Diptyque avec une composition signée Fabrice Pellegrin. Un jeu de mot pour un nom qui emporte vers le Japon des kimonos et le marie à l’osmanthus en passant par la case inspirationnelle d’une boîte d’encens. Fleur d’Asie aux saveurs et senteur d’abricot, l’osmanthus est ici relevé, épicé avec camphre, girofle, santal et cuir. Un des mes trois coups de coeur de l’année. Un magnifique vagabondage vers le pays de soleil levant sans oublier l’originalité du flacon craquelé.

504289343_1_TableTop

-Monsieur, Éditions Frédéric Malle. Composition de Bruno Jovanovic, ce parfum revendique un sexe dans son appellation. Bruno Jovanovic s’est penché avec bonheur sur le patchouli. En tête un zeste d’hespéridé avec la mandarine et une touche d’alcool avec une note absolu de rhum, un fond richement boisé de cèdre, une touche animale de daim et de l’encens, un brin mystique sur fond ambré vanillé et musqué. Pour lui mais aussi pour elle.

nd.41185

-Soul of the forest, Replica de Maison Martin Margiela. Hommage à la collection Replica de la mode, les parfums du même nom imaginaient des plongées dans le temps et l’espace avec arrêt sur image. La collection Fantasies choisit juste l’imaginaire. Soul of the forest est un voyage vers de sombres et riches forêts où le vert est mis. Canopée à perte de vue, luxuriance et puissance au programme. Notes de sève, écorce, bois… l’esprit de la forêt interprété par Quentin Bisch. À découvrir pour s’y perdre avec bonheur.

nd.40188

 

 

 

 

 

 

 

Les FIFI à la niche 1

Finalistes des FIFI dans la catégorie des marques indépendantes, six parfums de l’année 2016 sont à découvrir ou à redécouvrir.  Une très belle sélection au nez d’un jury de spécialistes et un lauréat magnifique : Mentha Religiosa.

mentha-religiosa

Mentha Religiosa, Dear Rose dans la collection Song. Magnifique création de Fabrice Pellegrin, le parfum pétille avec une note bergamote dynamisée par les senteurs vertes de menthe poivrée, givrée. Un fluide glacial intrépide sur un fond ténébreux d’encens, bois de cèdre et patchouli. Hypnothique comme les cercles concentriques du flacon… Coup de coeur absolu pour cette superbe création de Dear Rose, toute jeune marque créée par Chantal et Alexandra Roos; deux Roos, = Rrose clin d’oeil duchampien à Marcel.

ALS-100ML-570x708

Attaquer le soleil. Marquis de Sade. Un nom provoc, très Etat libre d’orange et un zeste sulfureux. « Combien de fois, sacredieu, n’ai-je pas désiré qu’on put attaquer le soleil, en priver l’univers, ou s’en servir pour embraser le monde ? ». Le parfumeur Quentin Bisch, n’a pas attaqué le soleil, mais le ciste. « Depuis toujours je recule devant le ciste, je l’évite ou je le cache, sous des couches épaisses couleur vanille – l’ambre comme échappatoire. Voici donc que je me fais face dans une formule radicale : le ciste, à nu, et dans tous ses états ».

Baccarat rouge 540

-Baccarat Rouge 540, une couleur rouge fusion pour le parfum composé par Francis Kurkdjian. Les 250 ans de la cristallerie se célèbrent autour de la température mythique d 540° quand la poudre d’or en fusion transmute le cristal en ce rouge iconique maison. Une composition où l’alchimie réunit la fleur de jasmin et son opulence sensuelle à du safran (aussi dénommé or rouge), cèdre et ambre gris (pour le côté minéral, mais en volupté). Une fragrance tout en sensualité.

extrait-de-parfum-nasomatto-baraonda

Baraonda de Nasomatto. Un oriental boisé composé par Alessandro Gualtieri, le créateur de cette marque qui signifie avec humour « nez fou ». Musc, ambrette, whisky, rose, ambroxan. Dans un flacon où culmine un bouchon façon marqueterie de bois.

eau-de-cologne

Eau de Cologne Les bains Guerbois. Lieu prisé unissant thermes, bar et restaurant, Les Bains Guerbois sont nés en 1885. Revisités par Starck en 1978, ils se transformèrent en Bains douches rendez-vous mythique des nuits parisiennes. Aujourd’hui hôtel, restaurant et club, le lieu renaît en 2015. Composé par Michel Almairac ; un parfum porte le premier nom et l’esprit du lieu s’épanouit dans le format d’une généreuse Cologne. Une fraîcheur épicée de gingembre, cardamome sur un fond boisé de patchouli, cèdre, papyrus, musc, ambre et encens. Un nouvelle Cologne.

Ella-Arquiste

Ella, un parfum d’Arquiste, la marque de Carlos Uber. Chypre animal, Ella (elle en français) emporte vers le Mexique… En 1978 au Club Armando’s d’Acapulco règne un parfum de liberté, ivresse des sens et glamour de nuit. Composé par Rodrigo Flores-Roux, une farandole sensuelle d’ angélique, graines de carotte, jasmin, cardamome, rose turque, patchouli, ambre gris, miel, musc et civette le tout ponctué d’un accord fumée de cigarette.

mentha-religiosa

 

 

 

 

 

 

 

(A)rita Mitsouko

 

MITSUKO

 

Parmi les trésors de Guerlain, se distingue une délicieuse « japonaiserie » du nom de Mitsouko. Né en 1919 (quasi centenaire), Mitsouko a été composé par Jacques Guerlain en écho au prénom de l’héroïne d’une nouvelle publiée en 1919, La Bataille, contant les amours de la jeune épouse d’un amiral japonais et d’un officier britannique. Chypre à l’origine, le parfum eut l’audace d’ajouter aux notes classiques dont la mousse de chêne, l’aldéhyde C14. S’invita ainsi une savoureuse odeur de pêche, signature du parfum. En tête se découvre la bergamote sur un coeur jasmin, rose et pêche se lovant sur un fond mousse de chêne, poivre, cannelle et vétiver.

Arita 2

Dans un esprit de néo-japonisme, Guerlain a choisi de célébrer Mitsouko avec l’édition d’un flacon en porcelaine d’Arita, une ville où la production est célèbre depuis quatre siècles. Exportées depuis le port d’Imari, ces porcelaines prirent aussi ce nom. Pour Mitsouko a été réalisé en porcelaine le classique flacon en coeur inversé.

Arita

Se dessinent (à la main) des motifs japonais avec le soleil levant et des éléments de la flore : paulownia, pivoine, chrysanthème… choisis pour leur esthétique et pour leur symbolique.

Un Mitsouko à l’heure du japonisme.

MITSUKO

Attar, l’Inde au parfum

Parf Inde 2

 

 

Au coeur du vieux Delhi, à quelques pas de la grande mosquée Jama Masjid, dans une ruelle étroite où se croisent vaches sacrées et motos pétaradantes se découvre une boutique ancienne, vitrine de la vénérable maison Gulab Singh Johrimal. À sa création en 1816, seuls des attars étaient fabriqués. L’installation d’une boutique dans la petite ruelle Dariba Kalan a ajouté des savons, des encens pour satisfaire les demandes des consommateurs. Dans les étagères de bois, des flacons de verre colorés et décorés sont prêts à se remplir.

Parfums Inde 8

Développés par des parfumeurs locaux et parfois avec des recettes ancestrales, les attars ont la particularité d’être des parfums sans alcool et utilisent le plus souvent une base d’huile de bois de santal. Haut de gamme, les attars sont composés d’ingrédients naturels obtenus par distillation. Ces parfums scandent le temps et se découvrent au fil des saisons. Ainsi Attar Gil rend hommage à l’été, un parfum à l’odeur de terre juste touchée par le frisson des premières moussons. Attar Gulb magnifie la rose, reine des fleurs. Champa pour la fleur de champaca, une sorte de magnolia à fleur blanche ou jaune aux effluves parfumés. Ruh Khus, un vétiver vert. Rajanigandha pour la vénéneuse et enivrante tubéreuse. Hina, une histoire ancienne pour ce bel oriental élaboré autour d’épices comme le safran ou encore cardamome, genévrier, muscade… Certaines épices sont parfois aussi grillées. Le Hina se compose selon différentes recettes familiales jalousement préservées. Rien de chimique dans les véritables attars, du naturel et pas d’alcool. Les ingrédients proviennent le plus souvent de L’Uttar Pradesh où se situe la ville de Kannauj, sorte de Grasse indienne. Là, de façon encore très artisanale, se distillent les pétales à la vapeur, dans des pots de cuivre, passage dans des tuyaux de bambou pour finir dans l’huile de santal.

Parf Inde 1

Si les attars sont la spécialité et le haut de gamme, la boutique offre aussi une sélection d’essences pour le plaisir d’exercer son nez à (re)connaître des odeurs comme citronnelle, basilic, cannelle, menthe, genévrier, géranium, muscade, poivre noir, mais aussi des agrumes, des fleurs (somptueuse tubéreuse).

Un lieu hors du temps pour une parfumerie qui s’honore de plus de deux cents ans d’existence et oeuvre au maintien des traditions d’une parfumerie indienne qui a aussi droit de cité dans le kamasutra…

Parfums Inde 6

 

Parfums d’amour

my-sin

 

« l’odorat n’est pas pour peu de chose dans les ébats de Vénus » Giacomo Casanova

 

 

Philtres de séduction, les parfums dessinent une carte du tendre où s’effeuillent les sentiments : un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… Éternel retour de floraux joyeux sur notes de fond sensuelles lovés dans des coeurs battant la chamade.

 

Pomme d’amour

Dans le jardin d‘Éden, un homme et une femme, chabada-bada. Ondule un serpent séducteur et s’offre, fruit de la tentation, une pomme… gravitationnelle. Flacon, la pomme traverse le XXe siècle. Paul Poiret, avec les Parfums de Rosine, l’imagine Fruit défendu (1914). Chez Ricci une Fille d’Ève (1952) puis pomme d’amour toujours avec Nina, pétillante et gaie suivie d’une petite soeur Luna.

ninaluna

Chez Dior, la pomme incarne Poison, magnifique et sulfureux. Philtre d’amour intrigant dans la version originelle entre sombre améthyste et précieuse malachite. Animal étole, le serpent s’enroule au cou de nouvelles Ève sur la route du mâle. Parfum de vénéneuse tubéreuse, Poison s’incarne rouge amour, violent avec Hypnotic. Sensuel en diable avec amande amère, santal lacté, ambre, il s’épice de carvi, badiane… Tendre Poison refleurit vert. Midnight accompagne Cendrillon au bout du bleu nuit. Et aujourd’hui Poison Girl joue la jeunesse.

poison-girl

Coeur

Siège supposé des émois, des émotions, le coeur symbolise l‘amour surtout quand il est traversé par les flèches de Cupidon. En flacon s’ajoute aux sentiments l’ivresse. Coeur inversé, bouchon évidé ; L’heure bleue se love dans l’iconique flacon Guerlain. Coeur joie de Nina Ricci se redécoupe, flacon Lalique. Kingdom d’Alexander Mc Queen, gothique rouge et métal vif argent, pour coeur abstrait. Happy Spirit de Chopard pour coeur balance. Ralph Lauren imagine Love (2008) en version luxueuse, or peint et bouchon améthyste. Avec un jeu de mot, Loverdose de Diesel ajoute la transgression dans un coeur à facettes, taillé comme une pierre précieuse et traversé d’une dague noire.

loverdose

Histoire et légendes

Repentante, Marie-Madeleine se reconnaît à son vase à parfum (nard). « Pécheresse aux sept démons », elle est pardonnée « parce qu’elle a beaucoup aimé ». Parfumée, Judith séduisit Holopherne qui en perdit la tête. En Egypte, Cléopâtre aurait fait imprégner les voiles de son bateau pour reconquérir Marc–Antoine. Prétexte à la guerre de Troie, la belle Hélène se parfumait-elle au calament (menthe) ? Un parfum Helen of Troy (Sigma V) orchestre, en flacon, une égrillarde partie de jambes en l’air. Avec Belle Hélène (MDCI) Bertrand Duchaufour compose une gourmandise proche du dessert d’Escoffier. Dans L’Odyssée, Circé tente de retenir Ulysse avec des philtres aromatiques. Au Japon Le Dit du Genji conte les amours des courtisanes aux kimonos parfumés. En Occident s’imprègnent les mouchoirs de Vénus. À jamais liés, Tristan et Yseult se retrouvent en flacons jumeaux imbriqués : Philtre d’amour de Cardin. Le mot philtre glisse ainsi vers le parfum.

 

Carte du tendre

Glissements progressifs du désir, en attendant le plaisir. Sans brûler les étapes, le parfum accompagne la séduction. En 1908 Pinaud esquisse un Flirt. Patou en 1925 imagine trois moments clefs associés à différents types de femmes : la blonde, la brune et la rousse. Amour Amour serait le début, le coeur bat. Que sais-je ? pose une dernière hésitation. Enfin Adieu sagesse saute le pas, sans regrets. De nombreux Guerlain sont odes à l’amour ; en 1969 (année érotique ?) bat la Chamade, du nom du roman de Françoise Sagan. Du roulement rapide du tambour mandant la trêve au battement de coeur pour amoureux transi, le mot s’impose. Avec Kenzo Amour, le flacon de Karim Rachid, bel oiseau entre biomorphisme et Brancusi, est prêt pour l’envol, en fuchsia, rose amour ; puis en transparence devient Jeu d’amour.

kenzo_amour

Trésor in love, variation de Lancôme, avait choisi une accroche jolie : « Quand tout commence ».

lancome_tresor_in_love_eau_de_parfum_eau_de_parfum_30_ml_500x500

By Kilian joue les prémices : Prelude to love. Cartier franchit le pas avec Déclaration (1998). Molyneux ajoute ce que tout le mode dit : I love you (1998). Guy Laroche allait plus loin avec J’ai osé (1978). Lalique pose un Baiser (1999), un Tendre Kiss (2003). Tout tourne autour d’une Romance (Ralph Lauren, 1998), d’une Idylle (Guerlain, 2009). Quant au délicieux Guet-apens, il est Attrape coeur (Guerlain, 1999 et 2005). L’amour est aussi Tentations (Paloma Picasso, 1996), Attraction (Lancôme, 2003), Désir (Rochas, 2007) ou Desire (Dunhill, 2001). Plus puissant : Passion (Goutal, 1983 et Liz Taylor, 1988). Pour finir Dans tes bras (Frédéric Malle, 2008) par Maurice Roucel. Pour finir en Nuit d’amour (Guerlain, 2006).

 

Fatale attraction

Le parfum ajoute un artifice à l’humain dont le comportement diffère de l’animal. Désodorisé, l’homme n’est plus vraiment amateur d’odeurs corporelles, délaissées au fil de la civilisation, déjà avec le passage à la station debout. Si deux charmants papillons (bombyx) peuvent s’attirer irrésistiblement à plusieurs kilomètres, il n’en est pas de même chez l’humain où l’organe voméronasal s’est atrophié. Analysant les molécules capables (coupables ?) d’attraction, la parfumerie s’est lancée dans la reproduction des phéromones, déjà aux USA dans les années 80 (Jovan). En 1994 Pheromone Factor utilisait l’androstenol (odeur de sueur un peu bois de santal) pour attirer les femmes et une sécrétion mammaire pour les hommes ! Kanebo imagina Sexangle. Fut aussi lancé un inénarrable Zulu avec des sécrétions naturelles de cochon chinois ! Aujourd’hui Escentric Molecule évoque l’attraction ; sans phéromones (les véritables sont très chères), mais avec de l’Iso E Super à haute dose. Intéressante, la recherche a ainsi ouvert la voie à d’inévitables dérives marketing… Mais peut-être vaut-il mieux échapper à l’attraction des Grenouille sous peine d’orgies perpétuelles.

 

Mariage

Après le marivaudage, conclusion classique et évidente (il suffit d’enlever quelques lettres), le mariage. Anagramme heureux, Amarige (Givenchy, 1991) est une belle et opulente composition autour d’un bouquet floral. Dominique Ropion a composé autour de l’idée d’un parfum solaire rayonnant ; il précise : « le parfum, c’est l’essence même de la séduction ».

amarige

Avec Lanvin se célèbre Marry me. Une proposition ? Une suggestion ? La réponse est sans doute oui pour la vie. À défaut de corde au cou, un noeud sur le col du flacon et un joyeux parfum d’Antoine Maisondieu. Fragonard part en Lune de miel (2005). Gravée d’un Eternity, la bague du duc de Windsor pour Wallis fut rachetée par Calvin Klein qui l’offrit à son épouse et le nom devint parfum (1993), ode à un rêve d’amour sans fin.

eternity

Amour éternel

Les histoires d’amour ne finissent pas toujours mal en général quand elles s’inscrivent dans une forme d’éternité. En Inde, Shah Jahan fit construire pour son épouse, la princesse Mumtaz Mahal les jardins de Shalimar et, à sa mort, le Taj Mahal, fleuron de l’architecture indienne. En hommage, Guerlain compose Shalimar en 1921 un oriental étourdissant avec la guerlinade opulente et sensuelle qui signe nombre de créations maison.

shalimar

Kenzo avait écrit avec Kashaya, l’« amour éternel » en sanskrit. Dans Le nom, le nez, Italo Calvino se penche sur l’odorat via le sillage. « Ce que je cherche, c’est la femme : une femme dont je ne connais que le parfum ! » Passionnante, la quête est menée en trois lieux : le Paris de la belle époque, la préhistoire (le passage à la station verticale !) et un lieu mal famé à Londres. L’histoire se termine funeste, mais avec un parfum d’éternité.

 

Des mots d’amour

Ça s’en va et ça revient, c’est fait de tout petits riens ; les mots d’amour deviennent parfums. N’aimez que moi, Bel amour (Caron, 1916, 1917). Annick Goutal compose Grand amour (1997), Quel amour (2002). Orné d’un cœur, In love again (Yves Saint Laurent, 1998) est signé Jean-Claude Ellena.

yves-saint-laurent-in-love-again-eau-de-toilette-edt-800-ml

Avec Amor Amor, Cacharel mise double, renoue avec le A et le succès. Love Chloé, un bel amour poudré. Amour humour avec I love love de Moschino. De l’amour en veux-tu en voilà, des Love par dizaines sont lancés. Vivace, l’âme des hippies clame : « Faites l’amour, pas la guerre » ; le parfum l’a compris. Tu veux ou tu veux pas ? Valse hésitation avec Maybe Baby (Benefit, 2003), Oui Non (Kookai, 1993) ou Now or never, éphémère Lancôme (2008). Une nouvelle carte du tendre s’écrit. Puissamment parfumée chez Montherlant, une lettre de Les Jeunes Filles passe la nuit dehors. Billet doux (Fragonard, 2006) ou encore Parlez-moi d’amour (Galliano, 2010) en forme de lettre. Missives de soldats, N’aimez que moi fut offert lors de la première guerre mondiale et Je reviens (Worth, 1932) par les Américains embarquant pour l’Europe.

 

Sensualité

Si le parfum figure dans les arts du Kâmasûtra, il est souvent sage dans les flacons. Avec My Sin (1925) Lanvin évoque le péché. Opium (Yves Saint Laurent 1977) est fatalement rêvé « pour celle qui s’adonne ». Sur fond de liberté sexuelle, Calvin Klein ose Obsession avec une campagne un poil sulfureuse : Kate Moss nue, nouvelle Ève sans serpent. Explosion torride de Diane de Furstenberg avec Volcan d’amour (1981) d’après un poème de Paulo Fernandes. Avec Spark (2003), Liz Claiborne fait des étincelles. Chantal Thomass susurre : Et plus si affinités (2005). Frédéric Malle rend hommage à la réputation du French Lover (de Pierre Bourdon).

french-lover-peg

Et les amours sulfureuses ? Clandestine (Guy Laroche, 1986), Libertine (Westwood, 2000), Liaisons dangereuses (By Kilian, 2007), Forbidden Affair (Anna Sui, 2010)… Autant de transgressions dans les jeux de l’amour. Après leur générique sur fond d’Adam et Ève de Cranach, les Desperate Housewives croquent la pomme avec Forbidden Fruit (Coty). Enfin Sécrétions magnifiques (État libre d’orange par Antoine Lie) revendique sueur, sperme et salive, tout un programme olfactif ! Dans les Proverbes s’exprimait la femme adultère : « J’ai parfumé ma couche de myrrhe et d’aloès et de cinnamome. Viens, enivrons-nous d’amour jusqu’au matin ». Autrefois les parfums « artificiels » semblaient dévolus à la courtisane, signature de la femme « boîte à épices » ?

Avec la socialisation de l’homme, les odeurs corporelles et sexuelles ont perdu en faveur. Et, si le parfum a d’abord servi de « masque » pour oblitérer les odeurs déplaisantes, il est aujourd’hui devenu un magnifique artifice aux jeux de l’amour et peut-être… du hasard.

poison